Alexandre Gauthier cuisine la volaille de Licques pour Obama, Poutine…

Pour le déjeuner d’ouverture de la COP21, lundi, c’est le jeune chef de l’Auberge de la Grenouillère à La Madelaine-sous-Montreuil, qui a été choisi pour réaliser le plat principal. Au menu ? Un blanc de volaille de Licques. Un (sacré) double honneur pour la région.

Jamais autant de chefs d’État n’ont été réunis pour un même événement…et un même repas. Il le dit lui-même et pourtant Alexandre Gauthier reste zen à la veille de cuisiner pour le gratin politique mondial. « Nous maîtrisons bien le plat proposé. J’espère juste qu’il plaira et que c’est un bon choix. » Ce choix justement, validé par François Hollande et Laurent Fabius en personne, s’est porté sur un blanc de volaille moelleux, cuit à basse température, farci et roulé sur lui-même.

La volaille sera celle de Licques, produit régional de terroir, affichant un label rouge et bénéficiant d’une indication géographique protégée (IGP).  « C’est chouette qu’on puisse ainsi mettre à l’honneur un produit du Pas-de-Calais », se réjouit le chef montreuillois, tout juste sacré Cuisinier de l’année 2016 par le Gault&Millau. « C’est aussi mon travail que d’être ambassadeur de cette région où je vis et où j’ai grandi. » Quant au blé tendre servi en accompagnement, il vient notamment du moulin de Brimeux, à quelques kilomètres de Montreuil, en bord de Canche.

« Ce plat figure tout l’automne à la carte de la Grenouillère mais avec du pigeon. Nous l’avons remplacé par une volaille, seul produit à faire l’unanimité dans le monde, quels que soient les pays et les religions. »

Avec François Hollande, Barack Obama, Vladimir Poutine et environ 150 chefs d’État à table, Alexandre Gauthier et Félix Robert, sous-chef de la Grenouillère, ne seront pas assez de deux en cuisine. « Au départ, nous devions y aller à six. Finalement nous n’irons qu’à deux, à cause du renforcement drastique de la sécurité. Mais nous pourrons compter sur l’équipe du Quai d’Orsay, de l’Élysée et de Lenôtre, chargé de la logistique. Tout sera produit demain et lundi nous ferons la cuisson et les finitions sur place, au Bourget. »

Porcelaine de Sèvres, argenterie et haute gastronomie française, Paris sort le grand jeu pour recevoir le monde à sa table. « Qu’on soit venu me chercher, à la campagne, dans le Nord, pour représenter l’ensemble des chefs français, c’est juste énorme », jubile le jeune talent. Zen mais pas que…

Article La Voix Du Nord